The Voice 2020 : Abi remporte la 9e saison de l’émission !

 The Voice 2020 : Abi remporte la 9e saison de l’émission !

THE VOICE – À seulement 22 ans, Abi Bernadoth est le grand gagnant de la 9e saison de l’émission “The Voice” diffusée sur TF1. Celui qui est originaire de Saint-Gratien, en région parisienne, ne parvient toujours pas à réaliser qu’il a remporté l’aventure. 

Lors de son audition à l’aveugle, c’est en interprétant “Lovely” de Billie Eilish qu’Abi fait retourner les quatre coachs et choisi Pascal Obispo qui, déjà, lui confie: “Je vais t’amener en finale”. S’en suit un enchaînement de victoires pour Abi qui atteint la finale où son duo sur “Les yeux de la mama” avec Kendji Girac et son interprétation de “If I ain’t got you” d’Alicia Keys feront de lui le gagnant de “The Voice” 2020. Deux jours après cette victoire, il répond aux questions du HuffPost que nous vous partageons dans cet article.

Comment on se sent, quand on vient juste de remporter “The Voice”? 

C’est difficile à dire, c’est un truc de fou. Je ne me rends pas compte, c’est juste incroyable et je suis super heureux. J’en perds mes mots tellement tout ça est impensable. Je viens juste de recevoir un appel de Christophe Maé qui voulait me féliciter en personne c’est dingue, je suis un peu comme une star de deux jours. 

Vous avez pu célébrer votre victoire? 

Avec les autres talents, oui, on s’est retrouvés après l’émission, on ne faisait que rire, discuter, s’amuser. C’était génial, on était tous très heureux, ma victoire je la ressens comme leur victoire à eux aussi. En revanche je n’ai pas pu la fêter avec ma famille qui est loin de moi. Mais rien que de les voir sur l’écran au moment du résultat, crier et me féliciter c’était dingue et ça m’a rendu très heureux. 

Pendant l’aventure, vous aviez de bonnes relations avec les autres talents? 

Bien sûr. Et pourtant, quand je suis arrivé à “The Voice” je m’imaginais justement qu’on serait tous ennemis, qu’il y aurait une rivalité permanente et que tout le monde serait prêt à prendre la place de l’autre étant donné que ça reste un concours. Mais ça a été tout l’inverse. J’ai tellement d’amour pour les autres talents, on est une famille. D’ailleurs pour dire à quel point on s’entendait bien, dans une interview j’ai dit “duo” au lieu de “battles” en parlant de la deuxième étape de l’émission, ça montre bien qu’il n’y avait aucune rivalité entre nous. 

Et avec Pascal Obispo, comment ça s’est passé? 

Il a été super avec moi. Il a dépassé son rôle de coach. Il est tellement humain, il m’a donné des tas de conseils et il a toujours été là pour moi. Je l’apprécie beaucoup. C’était un vrai mentor tout au long de l’aventure. Et je sais qu’il sera encore là pour moi si j’en ressens le besoin même après l’aventure, on reste en contact, je sais que je peux l’appeler n’importe quand pour qu’il me conseille. 

Si vous deviez citer votre pire souvenir dans “The Voice”, ce serait quoi? 

C’est une très bonne question parce que j’en discutais justement il n’y a pas si longtemps. Sans hésiter, je sais que le pire c’était l’étape des “KO”. C’est les dernières émissions qu’on a enregistrées avant le confinement et c’était vraiment très triste. Pour la première fois, on se retrouvait séparés d’énormément de talents avec qui on avait commencé à tisser des liens. C’était vraiment dur de voir les autres partir. Je me souviens qu’après mon passage, je ne pouvais plus m’arrêter de pleurer, je crois que ça a duré au moins une heure. Je devais faire une interview après mon passage et j’en étais incapable tellement j’étais triste.

Et le meilleur?  

Le meilleur, c’est un peu plus général. En fait, dans “The Voice”, entre les prestations, on attend beaucoup. Avant de chanter, après avoir chanté. Il y a énormément de temps d’attente et en temps normal ça aurait pu être très ennuyant parce que personne n’aime vraiment attendre. Mais pour moi, ça reste mes moments préférés. Parce que ces moments “off” sont ceux où on passait le plus de temps entre talents, à discuter, rigoler, et c’est là qu’on se rapprochait vraiment. Donc pour moi, mes moments préférés, ce serait ceux-là. 

Si vous deviez recommencer votre aventure, vous changeriez quelque chose? 

En toute honnêteté, je ne sais pas trop. Je pense que oui, j’aurais souhaité qu’il n’y ait pas le coronavirus et qu’on puisse faire les directs au Palais des Sports. C’est quelque chose de frustrant parce que pour nous c’était vraiment LE grand moment de l’aventure qu’on appréhendait. Mais d’un côté, passer les demi-finales dans les studios à huis clos était moins stressant donc peut-être qu’au final cela m’a aidé à faire de meilleures performances.

Et pour la suite, vous avez des choses de prévues? 

Bien sûr. Je ne veux pas me reposer après cette victoire. Je veux continuer à travailler à fond pour essayer de produire un album d’ici un an maximum. J’ai l’intention de bosser le plus possible, mais surtout j’ai envie de faire quelque chose qui me ressemble. Je ne sais pas exactement à quoi ça ressemblera, c’est un peu tôt, mais ce sera sûrement du hip-hop ou du r’n’b, ou pourquoi pas même du rap. Je veux quand même apporter quelque chose de nouveau dans cet album, que les gens se disent “Tiens, je ne savais pas qu’Abi pouvait faire ça”, mais qu’ils me reconnaissent malgré tout. 

Article similaire

X