Violences conjugales : les femmes victimes sont-elles en danger pendant le confinement ?

 Violences conjugales : les femmes victimes sont-elles en danger pendant le confinement ?

Suite aux mesures prises par plusieurs gouvernements dans le monde pour limiter la propagation de la pandémie, le cas des femmes victimes de violences conjugales doit etre pris au sérieux.  En effet, il serait bien de rappeler que le confinement est une mesure demandant à chacun de rester chez lui pour se protéger et protéger les autres. Cependant, les femmes victimes de violences conjugales sont-elles vraiment protégées ?

Il faut noter que ces femmes ont pour habitude de voir en leur sorties entre amies ou en famille, ou encore le fait d’aller au travail comme un moyen d’échapper à leur bourreau. Désormais, elles sont obligées de rester de façon permanente auprès d’un conjoint violent et sont donc en réel danger.

Que pouvons-nous faire pour leur venir en aide ?  Des initiatives locales sont mises en place en Cote d’Ivoire. Il existe diverses associations disponibles pour écouter les femmes victimes de violences.

La Police nationale de Côte d’Ivoire, suite à un cas du genre qui s’est produit dans la nuit du samedi 18 avril à Yopougon et qui a même fait le buzz sur les réseaux sociaux, a tenu à rassurer la population dans un communiqué sur le fait que ces actes étaient punis par la loi. Elle a invité la population à dénoncer tout acte de violence conjugale en appelant les numéros suivants :

  • 20 25 00 40
  • 03 79 91 44
  • 100 ou 111.

Il existe aussi des bureaux d’accueil Genre au sein des commissariats de Police chargés de la prévention, de la répression de ces actes et de la prise en charge des victimes de violences basées sur le genre (VBG) sur toute l’étendue du territoire national.

Ensemble, luttons contre les violences faites aux femmes !

Article similaire

X